Références

« La délicate relecture de textes français non rédigés par des collègues de langue maternelle a été effectuée avec beaucoup de soin et de connaissances par Emmanuel Faure (Ratisbonne) [1]. »

« M. Faure […] travaille de façon efficace, rapide et fiable. […] Il dispose d’une excellente connaissance de la langue allemande, on peut dire sans exagération qu’il est parfaitement bilingue français-allemand, et maîtrise notamment parfaitement le langage scientifique français et allemand. Il dispose en outre d’une très bonne connaissance de la langue anglaise et a de bonnes connaissances en espagnol et en italien. […] En ce qui me concerne, Emmanuel Faure a collaboré avec moi à de nombreuses reprises, corrigeant mes publications en langue française et traduisant certains de mes travaux de recherche. […] Du fait de sa solide culture scientifique, M. Faure est non seulement en mesure de saisir la complexité des faits et de les transposer de façon adéquate dans l’autre langue, mais également d’effectuer une relecture critique, et il a su plus d’une fois faire des observations pertinentes [2]. »

« M. Faure a réalisé […] d’excellentes traductions françaises, précises et convaincantes du point de vue factuel et thématique, mais aussi conceptuel ; la lisibilité de ses textes est garantie par sa maîtrise stylistique et un très bon sens de la langue. En faisant appel à M. Faure, les auteurs peuvent être certains d’obtenir de très bonnes traductions. M. Faure travaille rapidement et respecte scrupuleusement les délais, ce qui a bien entendu son importance pour assurer une collaboration fructueuse [3]. »

« M. Faure a non seulement effectué les traductions avec une précision extrême, tout en travaillant très rapidement, mais il a en outre fait preuve d’une compétence exceptionnelle et d’un sens aigu des critères de rédaction en vigueur en sciences humaines. Ses traductions ont été réalisées à ma plus grande satisfaction [4]. »

« J’ai confié à M. Faure la traduction de quatre lettres envoyées […] depuis le camp de concentration de Dachau […]. Outre la grande rapidité de son travail, il a réalisé une traduction dénotant trois grandes qualités: un sens sûr de la traduction, un esprit philologique […] et un souci de pédagogie, par la mise en regard des versions allemande et française [5]. »

« Un coup de maître ! M. Faure a traduit un texte scientifique complexe dans un délai bref et avec une très grande minutie, son travail m’a donné entière satisfaction. Il a en outre entrepris des recherches approfondies sur la terminologie historique spécifique, afin de garantir la parfaite exactitude de la traduction française. Enfin, ses observations de fond et ses suggestions, allant au-delà de la traduction proprement dite, se sont révélées extrêmement utiles [6]. »

« Il s’agissait de la première traduction du sous-titrage d’un film (documentaire de 105 mn) effectuée par Emmanuel Faure et je suis totalement satisfait de son travail. Dès le début, la communication a bien fonctionné, la traduction a été réalisée dans les délais et avec soin. Non seulement il a parfaitement restitué le texte à traduire (pour autant que je puisse en juger), mais il s’est constamment reporté au film afin d’exclure les erreurs d’interprétation. Pour les passages permettant différentes interprétations et pour ceux dont la traduction s’avérait utile en plus du texte fourni, il a fait des propositions appropriées en indiquant la référence précise dans le texte, ce qui m’a permis de comprendre les motifs des choix qu’il faisait. Chose particulièrement agréable, j’ai toujours eu le sentiment qu’il portait un réel intérêt à son travail et voulait fournir un travail de qualité à la hauteur de la tâche [7]. »

« Dans un texte consacré à l’acte de traduire, le célèbre exégète et herméneute F. Schleiermacher a décrit le niveau ‹ plus élevé › que doit viser le traducteur entendant saisir et présenter dans une autre langue, une langue autre, toute la profondeur d’un texte philosophique ou poétique. Dans ces circonstances, compte tenu notamment de ce haut niveau d’exigence, je tiens à faire l’éloge des traductions de quelques-uns de mes textes réalisées par Emmanuel Faure à mon entière satisfaction. Je lui en suis très reconnaissant [8]. »

« Emmanuel Faure travaille de façon extrêmement précise et consciencieuse. Ses relectures patientes, mais aussi son attention au détail, prenant soin de vérifier chaque fois la source originale, en font un traducteur/relecteur apprécié pour les transpositions de textes universitaires allemands vers le français [9]. »

« Depuis l’an dernier, nous travaillons régulièrement avec Emmanuel Faure, à notre plus grande satisfaction. Il a traduit pour nous les types de textes les plus divers (articles scientifiques, documents contractuels, brochures d’information ou supports marketing) de l’allemand vers le français, ou procédé à la révision linguistique et stylistique des versions françaises déjà disponibles. Travaillant rapidement, avec un grand sérieux et dans le plus strict respect des délais, M. Faure témoigne d’un excellent sens de la langue, en allemand comme en français, et fait preuve d’une grande expertise. C’est pourquoi nous l’avons recommandé sans hésiter à d’autres clients (notamment le Conseil de l’Europe), comme nous continuerons à le faire à l’avenir [10]. »

« La rencontre avec Emmanuel Faure a été pour moi un coup de chance, car grâce à lui, l’impossible est devenu possible dans mes recherches. Je disposais de lettres issues de diverses archives, relativement anciennes, en mauvais état de conservation et pour la plupart mal photocopiées. Ces lettres étaient d’une importance capitale pour mon projet de recherche. J’étais certaine qu’on pourrait au mieux en traduire une partie. E. Faure a réussi à les déchiffrer toutes, me dévoilant ainsi les illisibles arcanes de ces lettres anciennes à l’aide de ses excellentes traductions, complétées par des commentaires utiles. Expert chevronné dans son domaine, E. Faure est également quelqu’un de bien – il ne fait aucun doute qu’il donne le meilleur de lui-même [11] ! »

« M. Faure a revu de façon exemplaire la langue et le style de mon texte français, apportant des suggestions clairement motivées qui me seront utiles pour rédiger d’autres textes. À ma grande surprise, il a même détecté des fautes dans une citation en créole. Je suis entièrement satisfaite de son travail, remis avec une avance de trois jours sur le délai convenu. Sur son site internet, M. Faure garantit des ‹ tarifs raisonnables ›. Étant donné la rapidité et la qualité de ses corrections, j’ai trouvé le montant des honoraires demandés déraisonnablement bas. Je recommanderai volontiers M. Faure auprès de mes collègues [12]. »

 


[1] Gerhard Ernst/Martin-D. Gleßgen/Christian Schmitt/Wolfgang Schweickard : Romanische Sprachgeschichte / Histoire linguistique de la Romania. Ein internationales Handbuch zur Geschichte der romanischen Sprachen / Manuel international d’histoire linguistique de la Romania. Berlin, 2008, De Gruyter (= HSK), Préface au troisième tome, LXXXIX. [Traduction fr. de la préface assurée par les directeurs de publication]
[2] Ingrid Neumann-Holzschuh, Université de Ratisbonne, Institut des Langues romanes, 19 novembre 2013. [Trad. fr. EF]
[3] Wulf Oesterreicher, Université Ludwig-Maximilian, Munich, Institut de Philologie romane, 2 décembre 2013. [Trad. fr. EF]
[4] Jochen Hafner, Université Ludwig-Maximilian, Munich, Institut de Philologie romane, 6 décembre 2013. [Trad. fr. EF]
[5] Florenci Barniol, Lycée de Vic (Catalogne), 5 mars 2014. [Trad. du catalan EF]
[6] Martin Großheim, Université de Passau, Chaire d’Études de l’Asie du Sud-Est, 9 février 2015. [Trad. fr. EF]
[7] Johannes Kuhn, cinéaste, Berlin, 3 juin 2015. [Trad. fr. EF]
[8] Werner Oechslin, Stiftung Bibliothek Werner Oechslin, Einsiedeln/EPF de Zurich, 6 juillet 2015. [Trad. fr. EF ; version fr. de l’ouvrage auquel se réfère W. Oechslin : Friedrich Schleiermacher, Des différentes méthodes du traduire et autre texte, trad. fr. d’A. Berman et Ch. Berner. Paris, 1999, Seuil (= Points Essais)]
[9] Emmanuel Alloa, Université de Saint-Gall, School of Humanities and Social Sciences, 28 janvier 2016.
[10] Ulrike Krauß, responsable de la section « Études romanes », éditions De Gruyter (Berlin), 24 juin 2016. [Trad. fr. EF]
[11] Mariam Kartashyan, Université de Berne, Département de Théologie catholique-chrétienne, 23 juin 2017. [Trad. fr. EF]
[12] Annegret Bollée, Université de Bamberg, Institut des Langues romanes, 20 décembre 2017. [Trad. fr. EF]